Le guide des ventouses


guide des points

Toutes les vidéos sont accessibles sur cette page.

Pas le temps de regarder maintenant ? Téléchargez la formation complète ! dites moi où vous envoyer l'ensemble des vidéos et des schémas (pour l'avoir dans votre clé USB).

C’est parti pour la grande Aventure 

suivez le coach !

Oubliez tout ce que vous savez sur la médecine chinoise. Je voudrais que vous testiez par vous-même les concepts décrits dans ce livre. Vous avez peur de commettre une erreur lourde de conséquences ?  Ne soyez pas trop dur avec vous-même ! Il est impossible de tout maîtriser. On découvre toujours.

La moxibustion devrait d’abord être une médecine de pratique. C’est une école de patience et d’humilité.

Initiez un premier pas. On apprend aussi bien avec les « bonnes » que les « mauvaises » expériences. L’apprenti ne commet pas d’erreur. Ses erreurs sont volontaires et sont les portails de la découverte.

Demandez à vos patients s’ils peuvent rester encore 5 minutes de plus à la fin de la séance pour vous permettre de pratiquer vos nouvelles techniques. Ils apprécieront cet effort supplémentaire gratuit et, de votre côté, vous pourrez acquérir plus d’expérience et perfectionner vos compétences.

Les 5 règles de la moxibustion


• Dosez progressivement : utilisez peu de cônes et de chaleur lors de la première séance.
• Ressentir une sensation agréable et relaxante. Ne pas rechercher la douleur ou la brûlure.
• Comptez sur l’effet cumulé des séances. C’est la fréquence et la régularité qui sont primordiales.
• Privilégiez les points du bas du corps, cela soulage les excès d'énergies situés au niveau de la tête.
• Utilisez peu de points, un ou deux (nombril + rate 6 ou estomac 36).

Précautions après la séance

Boire plus que d’habitude de l’eau tiède (eau froide interdite). Cela aide à éliminer les toxines du corps.
• Couvrir la peau du patient.
• Pas de boissons froides.
• Pas de bain, douche dans l’heure qui suit.
• Repos (hygiène de vie).
• Bien couvert dans le lit.
Les moxas et ventouses ouvrent les pores de la peau. Vous devenez vulnérables aux courants d’air, au froid, à la climatisation. Vous devez impérativement protéger la peau. La « clim » est un exemple de l’effet nocif des courants d’air sur l’organisme humain.

Savoir doser le moxa est un art et fera de vous un meilleur alchimiste. L’art de la posologie est la règle de base… en médecine et en moxibustion.
À partir des quantités standards préconisés dans les livres, vous devrez modifier cette quantité pour chaque patient. Chaque individu est unique, le remède sera lui aussi unique.
Il n’y a pas de remèdes pour une douleur ou un symptôme, mais autant de prescriptions différentes qu’il y a de malades.
Modifier la dose revient à diminuer (ou augmenter) le nombre de points traités, la quantité de chaleur diffusée, la fréquence et durée des séances, la chaleur ressentie par le patient.
Paramètres :
Nombre de points traités
Fréquence et durée des séances
Sensations ressenties (chaud) par le patient
Taille et nombre de cônes

C’est un art qui s’apprend seulement en pratiquant et en observant les réactions du corps.
Il n’y a pas de raccourci pour améliorer votre technique et « sentir » ce dont votre patient à besoin.

Lorsque je chauffe un point, je souffle souvent doucement pour que la fumée entre dans le point ou la zone traitée.
La fumée qui entre dans la peau (fumigation) est considérée comme vertueuse et faisant partie importante de la thérapie. Si un peu de fumée est absorbée par la peau, cela peut chasser le froid des méridiens et faire circuler le Qi.
C’est une excellente pratique pour aider à chasser l’humidité-froid coincé dans certaines articulations et cavités du corps (utérus, articulations, estomac, etc.). En particulier dans les rhumatismes (syndromes Bi).
L’odeur du moxa est un vrai problème. Les substituts de l’armoise ne remplacent pas l’armoise.
Je n’ai trouvé que 2 moyens pour lutter contre la fumée.
1- l’utilisation d’un extracteur de fumée qui peut éliminer au moins 90% de la fumée. L’odeur est quand même là mais tolérable.
2- l’utilisation de technique de moxibustion japonaise avec une qualité d’armoise japonaise -moxas grain de riz.
Pour avoir une action efficace, la fumée du moxa doit toucher la peau. La fumée chaude est composée des huiles essentielles présentent dans l’armoise et ce sont ces huiles essentielles qui agissent et qui neutralisent la douleur.
Les moxas sans fumée ne fument pas car on a retiré les huiles essentielles.”